Mercredi, 28 Janvier 2009 18:39 Julien
Imprimer

Rallye d'Orthez 08 & 10/08 2008

Anicet Garicoix imperturbable

Anicet Garicoix imperturbable

Anicet GARICOIX © Lionel MONTMAIN

 

Avec cette 8ème édition, le rallye Orthez Bearn vient de passer un cap important de son existence avec un nombre d’engagés record. Au milieu des 110 partants, Patrick Orhatégaray et Anicet Garicoix ont été au dessus du lot mais les surprises sont venues d’Alain Pierrine et des frères Urrutia. Au final, c’est le souletin Anicet Garicoix qui s’impose devant Sébastien Urrutia et José Castan.

Le 4x4 Club Orthézien et son président Jacques Dumont avaient le sourire au départ du rallye.
Non seulement le soleil était au rendez-vous mais en plus, la quasi-totalité du gratin français de la discipline avait répondu présent à l’appel des organisateurs.

Après les vérifications techniques et administratives, les pilotes avaient rendez-vous, en fin de journée, à Salespisse, pour le prologue du rallye. Dans cette spéciale, c’est le surprenant Alain Pierrine qui s’impose avec son petit Fouquet 2 litres devant Anicet Garicoix et Vincent Foucart.

Le lendemain matin, le pilote du Fouquet « Cassagne » récidive et colle plus de quatre secondes à ses adversaires. Du coup, Patrick Orhatégaray voit rouge et réagit en s’imposant dans l’ES3. Alain Pierrine se sent pousser des ailes sur ce rallye et signe à nouveau le scratch dans la quatrième spéciale chronométrée. Par la suite, Garicoix, Fouquet et Orhatégaray se partagent les meilleurs temps de spéciales alors qu’Alain Pierrine effectue un tête à queue et perd plus de vingt secondes. Au soir de la deuxième étape le leader s’appelle Patrick Orhatégaray. Avec son Fouquet, il précède le Bidart d’Anicet Garicoix et l’autre Fouquet de Laurent Fouquet.

Le dimanche, la rosée du matin rend le terrain délicat et les différents équipages doivent jouer les équilibristes. A ce petit jeu Patrick Orhatégaray et Laurent Fouquet s’en sortent plutôt bien puisqu’ils signent les deux premiers scratchs du jour. Hélas dans la suivante, Laurent Fouquet tape un arbre et doit renoncer. Fouquet « out », la bagarre va alors se transformer en un duel opposant Patrick Orhatégaray et Anicet Garicoix. A deux spéciales de l’arrivée l’écart entre les deux hommes n’est que d’une seconde à l’avantage du grand Patrick.

Coup de théâtre dans l’avant-dernière spéciale, les spectateurs attendent avec impatience le Fouquet « Red Bull » mais c’est au ralenti et avec plus de dix minutes de retard que ce dernier entre en scène. Une jante du buggy a cédé et a endommagé le bel engin qui s’immobilise dans la spéciale. C’est l’abandon…

Du coup, Anicet Garicoix n’avait plus qu’à se laisser glisser vers l’arrivée pour savourer une victoire bien méritée. Après le rallye du Cantal, Anicet Garicoix et Didier Queheille remportent donc le rallye Orthez Bearn. Maintenant, c’est plus motivés que jamais que les deux compères vont préparer « leur rallye », en septembre prochain, le rallye des Cimes.

Pour la seconde place, rien n’était fait puisque trois pilotes étaient regroupés en moins de dix secondes avant le dernier tronçon chronométré. Alain Pierrine était le mieux placé mais c’est finalement le jeune Sébastien Urrutia qui sort le grand jeu pour signer le scratch. Au prix d’une belle attaque, il signe un temps canon qui lui permet de passer à la fois José Castan et Alain Pierrine. C’est donc avec la médaille d’argent que les deux frères montent sur le podium. Avec ce résultat, ils ont ainsi démontré que leur deuxième place au rallye du Cantal n’était pas un accident et qu’il faudra compter avec eux à présent.

Sur la dernière marche du podium, José Castan poursuit sa moisson de victoires de classe. Décidément, le pilote du Rivet à le vent en poupe et marque encore des points importants pour le Championnat.

A la quatrième place, nous retrouvons Alain Pierrine. Très à l’aise dans le serré du samedi, le pilote du petit deux litres n’a pas pu résister au retour des prototypes plus puissants sur le parcours plus roulant du dimanche. Il décroche tout de même une nouvelle victoire dans sa catégorie et reprend la deuxième place provisoire du Championnat.

Guy Housset a réalisé une belle course mais il n’aura pas été en mesure d’inquiéter ses adversaires habituels sur ce rallye. Peut être se réservait-il pour les Cimes ? Un Rivet peut en cacher un autre, et c’est celui du pilote constructeur Fabrice Rivet que nous retrouvons à la sixième place. Encore un peu hésitant, le Charentais devrait bientôt se retrouver sur les podiums.

Patrick Poincelet fut malchanceux sur cette épreuve. Alors qu’il se battait pour la sixième place, le pilote de la Clio crevait dans la dernière spéciale et perdait plus d’une minute dans l’affaire, il se classe septième.

Le jeune Manu Castan va vite, très vite. Il prend la huitième place finale pour sa première arrivée avec ce proto. Après les performances, il semblerait que l’on ait trouvé la recette de la fiabilité sur cette nouvelle voiture.

Sylvain Knoll est un pilote heureux. Non seulement, il termine le rallye à la neuvième place mais il l’a fait sous les yeux ébahis de ses plus fidèles supporters : sa femme et ses deux enfants. Le top dix est complété par Pierre Philippe. Une nouvelle fois, ce grand monsieur du tout-terrain a prouvé qu’il était encore très performant et surtout toujours aussi motivé.

Samir Rahal était présent à Orthez. Avec son Rivet, il prend une belle onzième place et poursuit l’apprentissage de sa nouvelle monture. Il précède le Pro-pulsion de Joël Chopin toujours aussi accrocheur. Deuxième de la classe des trois litres de cylindrée, Gilbert Turon Barrere a fait une course sage mais efficace avec son Phil’s Car. Quatorzième, Fabien Berteau et Nicolas Martin ont haussé le ton le samedi avant d’assurer et de ménager la mécanique le dimanche. Toujours aussi généreux dans l’effort, Cyril Omnes s’est surpassé pour accrocher la quinzième place avec le buggy de sa sœur.

En T1A5, Vincent Poincelet a créé la sensation en début de course avant de renoncer sur casse mécanique. Du coup, c’est une fois de plus ce diable de Larroquet qui l’emporte avec son Phil’s Car. Soulignons la superbe deuxième place des deux litres deux roues motrices pour le débutant François Cazalet. Pour la première fois derrière un volant, le jeune et sympathique pilote a étonné tout le monde. Mathias Galarregui, quant à lui, complète le podium de la classe.

Décidément, Jean Claude Bebot est au dessus du lot cette année en T2. Avec sa redoutable Jeep Cherokee, il a su passer à travers tous les pièges pour rentrer en vainqueur au parc fermé.

Enfin, la gente féminine fut bien représentée avec Caroline Paparemborde et Carole Etchecopar qui se classent 44ème scratch et qui s’imposent dans la Coupe des Dames pour leur première apparition.

Communiqué de presse FFSA

 

Mise à jour le Dimanche, 17 Mai 2009 16:27